Symphomed - Le Forum médical francophone
Si vous voulez vivre en Symphocratie, mettez-vous en mode Symphomédien, et connectez-vous ici!

Troubles fonctionnels intestinaux : préserver l'activité sociale et professionnelle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Troubles fonctionnels intestinaux : préserver l'activité sociale et professionnelle

Message par hadjora le Ven 8 Jan 2010 - 16:46

Troubles fonctionnels intestinaux : préserver l'activité sociale et professionnelle




Les troubles fonctionnelles intestinaux (TFI) sont des affection sintestinales très fréquentes qui peuvent nuire à l'activité sociale et professionnelle, et être délétère pour la qualité de vie. Dans la grande majorité des cas, les TFI répondent à la prise en charge impliquant des règles de bon sens hygiéno-diététiques et un traitement médicamenteux en fonction adaptée à la symptomatologie.

Les troubles fonctionnels intestinaux (TFI) ou colopathie fonctionnelle ou côlon irritable représentent la plus fréquente des affections intestinales. Ils atteignent 15 % à 20 % de la population et sont plus fréquents chez la femme que chez l'homme. Les symptômes débutent en général avant 30 ans.

Les TFI n'ont pas de mécanisme clairement établi. Une hypersensibilité viscérale, notamment à la distension est évoquée. L'anxiété et le stress sont traditionnellement incriminés.

Le stress, facteur de TFI reste à valider

Environ 50 % des patients attribuent la survenue de symptômes de TFI à un stress ou à une situation de confl itpsychique. Toutefois, la relation entre stress et TFI n'est cependant pas clairement établie et la prise en charge de ces patients n'est pas codifiée.

Le diagnostic est avant tout clinique. Le diagnostic ne peut être posé qu'en l'absence de signe de gravité (perte de poids, rectorragies, anémie, etc.) et si l'examen clinique est normal.

Après 45 ans et/ou antécédents familiaux de 1er degré de cancer colorectal, une coloscopie s'impose.

Les TFI sont défi nispar les symptômes associant : - des douleurs abdominales diffuses ou localisées ; - un ballonnement abdominal vespéral ou post-prandial, avec ou sans météorisme objectif ; - des troubles du transit intestinal : alternance de diarrhée et de constipation, avec ou sans émissions glaireuses.

La diarrhée par accélération du transit intestinal peut être considérée comme une manifestation de TFI quand aucune cause de diarrhée n'est trouvée.

En revanche, la constipation sans aucun des autres symptômes ne fait pas partie des TFI.


Un syndrome dyspeptique souvent associé

Les TFI ne sont pas responsables d'une altération de l'état général ni d'anomalies des examens biologiques ; les biopsies coliques ne révèlent pas d'anomalies de la muqueuse.

Un syndrome dyspeptique est souvent associé aux TFI.

L'évolution est marquée par des épisodes d'exacerbation. Le retentissement psychologique, social et sur la qualité de vie peut être important.


Un des objectifs est : d'améliorer la qualité de vie

Tous les patients se plaignant de TFI doivent être rassurés et béné-fi cierde conseils adaptés (cf. arbre décisionnel). Les objectifs de la prise en charge sont la diminution des TFI, la préservation de l'activité sociale et professionnelle, l'amélioration de la qualité de vie.

La stratégie thérapeutique comprend des conseils diététiques : les aliments déclenchant des douleurs (petits pois, haricots, lentilles, choux, choux-fl eurs, brocolis, crudités, pain, etc.) doivent être évités. L'apport de fi bresalimentaires, si elle n'entraîne pas de surcroît de douleur, peut être augmenté très progressivement.

Le traitement médicamenteux est symptomatique et doit être orienté selon les troubles les plus gênants.

Des essais ont démontré l'intérêt de certains probiotiques dans le traitement symptomatique des TFI.


Attitudes en cas de constipation ou de diarrhée associées

En cas de constipation associée, une augmentation progressive de l'apport en fi bresest justifi éeainsi qu'une hydratation correcte ; des laxatifs non stimulants (laxatifde lest qui augmente la teneur des selles en fi breset autres constituants non digestibles ; il permet l'évacuation des selles plus volumineuses, plus hydratées, plus molles, et laxatifos motique qui augmente l'hydratation des selles par appel d'eau dans la lumière colique) peuvent être prescrits à une posologie lentement croissante. Lors d'une diarrhée associée, il faut limiter les apports en lactose et en fi breset, si nécessaire, prescrire de petites doses de ralentisseurs du transit. En cas de fl atulencesassociées, il convient de diminuer les aliments fermentescibles (légumes secs, farineux, haricots blancs, lentilles) et réduire les crudités.


Éliminer les diagnostics différenti elsen cas de résistance au traitement

Une prise en charge psychothérapeutique peut être proposée.

En cas de résistance au traitement, il faudra éliminer des diagnostics différenti elstelles qu'une maladie coeliaque, une colite muqueuse voire une colopathie organique atypique ou une tumeur.



Dr Lea de SOLANO

________________________________________________
Personne ne mérite tes larmes et tes pleurs,
et celui qui le mérite vraiment ne te fera jamais pleurer

hadjora
Admin

Féminin
Messages : 813
Sympho : 1779
Date d'inscription : 28/10/2009
Age : 30
Localisation : Saint Arnaud

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum