Symphomed - Le Forum médical francophone
Si vous voulez vivre en Symphocratie, mettez-vous en mode Symphomédien, et connectez-vous ici!

le traitement de l'asthme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

le traitement de l'asthme

Message par française le Mer 18 Aoû 2010 - 23:54

le but du traitement est de limiter le trouble ventilatoire obstructif et de réduire le nombre de crises:
a) Lesbronchodilatateurs

Les 2-mimétiques comme le salbutamol et la terbutaline sont les bronchodilatateurs les plus puissants. Il augmentent de plus la clairance muco-ciliaire. Les effets secondaires sont surtout cardiaques et s'estompent au cours du traitement. Les contre-indications absolues qui en découlent sont les troubles du rythme et les insuffisances cardiaques décompensées. Citons une possible hypokaliémie apparaissant aux posologies élevées. Les voies d'administration sont très variées. Les poudres sont aussi efficaces que les sprays.
La théophylline est le plus ancien médicament dont les actuelles formes retard permettent 1, ou plus souvent 2 prises/j. Ce sont de puissants bronchodilatateurs mais ils possèdent aussi une action anti-inflammatoire et des effets annexes. La posologie est calculée à partir d'une base de 10mg/kg/j chez l'adulte (dose> chez l'enfant) afin d'obtenir un taux sérique compris entre 10 et 20mg/l.
Les atropiniques de synthèse comme le bromure d'ipratropium (Atrovent) sont des bronchodilatateurs (en fait, plutôt des antibronchoconstricteurs) moins puissants et plus lents que les 2-mimétiques. Ils sont surtout utilisés dans la bronchite chronique. Dans l'asthme, leur utilisation se fait par spray, associé aux 2-mimétiques (Bronchodual).
b) Les 3 anti-inflammatoires

Les corticoïdes sont très efficaces dans l'asthme. Il faut cependant respecter les règles suivantes: les corticoïdes inhalés doivent être préférés à la corticothérapie générale, et il faut apprécier leur efficacité au plus juste car près de 5% des asthmes sont corticorésistants. La corticothérapie inhalée à posologie élevée (entre 1 000 et 2 000µg/j) est un progrès majeur dans le traitement de l'asthme: elle permet le sevrage d'une corticothérapie générale dans un grand nombre de cas et l'amélioration est relativement rapide en 2 à 3 semaines.

L'utilisation d'une chambre d'inhalation permet d'atténuer les effets secondaires comme la raucité de la voix et les mycoses. Chez l'enfant cependant, des troubles de croissance peuvent exister. Dans l'urgence, les corticoïdes ont un effet limité par le long délai d'action d'environ 4 à 6h. Dans les indications de traitement par voie orale de longue durée, la prise alternée 1/2j est préconisée.

Le nédocromil (Tilade) a un effet anti-inflammatoire sans effets secondaires. Son administration se fait par spray.

Le cromoglycate de sodium (Lomudal) a un effet anti-inflammatoire par inhibition de la dégranulation d'un grand nombre de cellules inflammatoires. Sa voie d'administration est l'inhalation. Hormis l'allergie, les cromones peuvent être utilisés dans l'asthme d'effort.
c) Les 3 traitements antiallergiques

L'éviction des allergènes est la première mesure à envisager en rapport avec l'allergène individualisé:

- séparation avec les animaux domestiques.

- nettoyage de la literie, aération de la maison, utilisation d'acaricides (Acardust), séjour prolongé en altitude dans les cas les plus sévères.

- impossible en ce qui concerne les pollens: il faut déconseiller les séjours en altitude au début de l'été car la saison pollinique y est décalée.

La désensibilisation est une immunothérapie spécifique efficace dans l'asthme allergique. Certaines règles sont à observer: allergène formellement identifié et unique, éviction de l'allergène obtenue, l'allergène doit exister sous forme lyophilisée, standardisée et purifiée, âge < 40 ans. Enfin, le patient doit présenter des manifestations relativement sévères et chroniques pour justifier un traitement long, fastidieux et potentiellement dangereux.

La vrai prévention de l'allergie ne pourrait se faire qu'au niveau d'un conseil génétique.

L'environnement du nouveau-né doit être modifié en cas d'antécédents familiaux:

- naissance en dehors de la saison pollinique
- alimentation au sein
- éviction des allergènes domestiques
- supprimer le tabagisme passif



française

Féminin
Messages : 4
Sympho : 8
Date d'inscription : 13/07/2010
Localisation : tunisie

Revenir en haut Aller en bas

Re: le traitement de l'asthme

Message par hadjora le Jeu 19 Aoû 2010 - 15:53

française a écrit: le but du traitement est de limiter le trouble ventilatoire obstructif et de réduire le nombre de crises:
a) Lesbronchodilatateurs

Les 2-mimétiques comme le salbutamol et la terbutaline sont les bronchodilatateurs les plus puissants. Il augmentent de plus la clairance muco-ciliaire. Les effets secondaires sont surtout cardiaques et s'estompent au cours du traitement. Les contre-indications absolues qui en découlent sont les troubles du rythme et les insuffisances cardiaques décompensées. Citons une possible hypokaliémie apparaissant aux posologies élevées. Les voies d'administration sont très variées. Les poudres sont aussi efficaces que les sprays.
La théophylline est le plus ancien médicament dont les actuelles formes retard permettent 1, ou plus souvent 2 prises/j. Ce sont de puissants bronchodilatateurs mais ils possèdent aussi une action anti-inflammatoire et des effets annexes. La posologie est calculée à partir d'une base de 10mg/kg/j chez l'adulte (dose> chez l'enfant) afin d'obtenir un taux sérique compris entre 10 et 20mg/l.
Les atropiniques de synthèse comme le bromure d'ipratropium (Atrovent) sont des bronchodilatateurs (en fait, plutôt des antibronchoconstricteurs) moins puissants et plus lents que les 2-mimétiques. Ils sont surtout utilisés dans la bronchite chronique. Dans l'asthme, leur utilisation se fait par spray, associé aux 2-mimétiques (Bronchodual).
b) Les 3 anti-inflammatoires

Les corticoïdes sont très efficaces dans l'asthme. Il faut cependant respecter les règles suivantes: les corticoïdes inhalés doivent être préférés à la corticothérapie générale, et il faut apprécier leur efficacité au plus juste car près de 5% des asthmes sont corticorésistants. La corticothérapie inhalée à posologie élevée (entre 1 000 et 2 000µg/j) est un progrès majeur dans le traitement de l'asthme: elle permet le sevrage d'une corticothérapie générale dans un grand nombre de cas et l'amélioration est relativement rapide en 2 à 3 semaines.

L'utilisation d'une chambre d'inhalation permet d'atténuer les effets secondaires comme la raucité de la voix et les mycoses. Chez l'enfant cependant, des troubles de croissance peuvent exister. Dans l'urgence, les corticoïdes ont un effet limité par le long délai d'action d'environ 4 à 6h. Dans les indications de traitement par voie orale de longue durée, la prise alternée 1/2j est préconisée.

Le nédocromil (Tilade) a un effet anti-inflammatoire sans effets secondaires. Son administration se fait par spray.

Le cromoglycate de sodium (Lomudal) a un effet anti-inflammatoire par inhibition de la dégranulation d'un grand nombre de cellules inflammatoires. Sa voie d'administration est l'inhalation. Hormis l'allergie, les cromones peuvent être utilisés dans l'asthme d'effort.
c) Les 3 traitements antiallergiques

L'éviction des allergènes est la première mesure à envisager en rapport avec l'allergène individualisé:

- séparation avec les animaux domestiques.

- nettoyage de la literie, aération de la maison, utilisation d'acaricides (Acardust), séjour prolongé en altitude dans les cas les plus sévères.

- impossible en ce qui concerne les pollens: il faut déconseiller les séjours en altitude au début de l'été car la saison pollinique y est décalée.

La désensibilisation est une immunothérapie spécifique efficace dans l'asthme allergique. Certaines règles sont à observer: allergène formellement identifié et unique, éviction de l'allergène obtenue, l'allergène doit exister sous forme lyophilisée, standardisée et purifiée, âge < 40 ans. Enfin, le patient doit présenter des manifestations relativement sévères et chroniques pour justifier un traitement long, fastidieux et potentiellement dangereux.

La vrai prévention de l'allergie ne pourrait se faire qu'au niveau d'un conseil génétique.

L'environnement du nouveau-né doit être modifié en cas d'antécédents familiaux:

- naissance en dehors de la saison pollinique
- alimentation au sein
- éviction des allergènes domestiques
- supprimer le tabagisme passif


salut française
merci bien pour le partage

________________________________________________
Personne ne mérite tes larmes et tes pleurs,
et celui qui le mérite vraiment ne te fera jamais pleurer

hadjora
Admin

Féminin
Messages : 813
Sympho : 1779
Date d'inscription : 28/10/2009
Age : 30
Localisation : Saint Arnaud

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum